Est-il obligatoire de se conformer en tous points à une école de jurisprudence ?

Question :

Est-il obligatoire de se conformer en tous points à une école de jurisprudence ou est-il permis d’en sortir pour des avis d’autres écoles et faire ce qu’on appelle talfiq (التلفيق) ?

Réponse :

‏﷽
La louange est à Allah, Maître de l’Univers et les prières sont sur notre noble Prophète Mohamed ﷺ

Les savants ont plusieurs avis sur le fait qu’il soit permis ou non de suivre plusieurs écoles de jurisprudence sur une ou plusieurs questions.

Ibn abdilbarr رحمه الله dit : Il ne nous est parvenu d’aucun savant qu’il a ordonné ses suiveurs de se conformer à une école dont ils ne voient pas l’authenticité de l’avis divergeant. Mais plutôt, il est rapporté qu’ils ont autorisé aux gens, que suivent les uns, les avis juridiques des autres car ils étaient tous sur une guidée de leur Seigneur.
De même, il ne nous est pas parvenu dans un hadith authentique ou même faible que le Prophète ﷺ a ordonné à la communauté de suivre une doctrine (madhab) en particulier dont ils ne suivent pas le désaccord.

L’imam Nawawi رحمه الله est aussi d’avis qu’il n’est pas obligatoire de suivre un imam en particulier dans toutes les questions et événements qui se produisent. Mais plutôt il est permis de suivre n’importe quel savant mojtahid (compétent) que l’on veut.
Si une personne suit une doctrine en particulier comme celle de l’imam Shafî’i, il ne lui est pas obligatoire de le suivre en permanence mais il peut passer d’une école à une autre.

La législation musulmane n’impose à aucun moment de suivre un imam en particulier et de se conformer en tous points à son cheminement. Mais plutôt elle a imposé de suivre les gens de science et de leur demander sans en réserver un en particulier pour cela. C’est pourquoi rien ne prouve clairement qu’il est obligatoire de se conformer à une école de jurisprudence en permanence car seul Allah peut légiférer ce qui est obligatoire pour le musulman.

Les musulmans au temps des Compagnons et leurs suivants posaient leurs questions à n’importe quel savant sur ce qu’ils avaient besoin sans se restreindre à un savant en dehors d’un autre et personne ne leur a reproché cela dans une époque parmi les époques. Ce fut donc un consensus établi à leur époque que le demandeur n’est pas tenu de se conformer à une école en particulier ou aux avis d’un seul imam dans toutes ses affaires et questions.

De plus, imposer une telle chose mettrait beaucoup de musulmans dans la gêne et la difficulté pour leurs pratiques alors qu’Allah dit qu’il n’a pas mis de désagréments dans la religion (S22/V78). Mais plutôt les divergences des savants mojtahidins sont des miséricordes et élargissements de la religion.

C’est pourquoi, entre autres quand l’imam Malik رحمه الله a écrit le Mowatta, le calife abbasside fut séduit par son livre et voulut le propager dans toutes les cités de l’Islam, et imposer aux gens de s’y conformer dans leur pratique et de délaisser tout ce qui le contredit. Mais l’imam Malik refusa cela en répondant que les Compagnons رضي الله عنهم se sont répandus dans les pays et ont rapporté d’autres hadiths qui ne sont pas ceux répandus dans la péninsule arabique et que l’imam a utilisé. Les gens ont pris d’eux, alors il convient de les laisser avec ce que leurs savants leur ont enseigné de pratique et certes Allah a fait de la divergence de la communauté dans les branches de la jurisprudence une miséricorde.

Ibn Taymia dit رحمه الله : Tous les savants reconnus de la communauté sont unanimes sur le fait que l’on peut prendre de l’avis de chacun comme on peut le délaisser sauf celui du Prophète ﷺ.

Alkhatib albaghdadi dit رحمه الله : Si une personne de la masse (‘ammi) a une raison assez large et que sa compréhension est correcte quand il médite alors il doit interroger les deux savants qui divergent sur leurs avis et leurs arguments puis il suivra ce qui est le plus fort selon lui. Cependant si sa raison ne lui permet pas et que sa compréhension est insuffisante alors il lui est permis de suivre le savant qu’il pense être le meilleur des deux…

Annawawi dit رحمه الله dans arrawda : Il ne convient pas de suivre une école simplement par passion, ni parce qu’il a trouvé ses parents ainsi. Mais plutôt les preuves montrent qu’il n’est pas obligatoire pour la personne de la masse (‘ammi) de suivre à la lettre une école (madhab). Plutôt il interrogera qui il veut ou qui il trouve sans rechercher par cela ce qui est le plus simple pour lui…

Azzohayli dit dans alwajiz : Quand au talfiq qui consiste à prendre l’avis d’une école par exemple dans les ablutions puis d’une autre école dans une autre ablution, il n’y a rien qui empêche cela. Ou encore de prendre l’avis d’un madhab dans une partie des ablutions qui n’est pas en contradiction avec son premier madhab; comme une personne par exemple qui fait les ablutions complètes selon la doctrine de l’imam Shafi’i, puis essuie entièrement sa tête, puis frotte ses membres (dalk), et ensuite touche d’un simple contact une femme qui lui est étrangère alors il pourra quand même prier avec ces ablutions en partant du principe que ses ablutions restent valides sur son premier madhab qui est le madhab Hanafite par exemple.

Dans almawsoua alfiqhiya, il est dit : Quand au talfiq qui est blâmé par certains, c’est le fait de prendre plusieurs avis de savants en même temps qui sont en contradiction sur une même question. Cependant, quant au fait de prendre les avis de plusieurs savants différents sur des questions différentes cela n’est pas du talfiq mais c’est simplement changer d’une école pour une autre et choisir entre elles…

Dans les commentaires de Dasouqi sur la grande explication de Dirdir du condensé de Khalil le malikite رحمهم الله جميعا, il est dit : Il y a deux avis sur le statut de faire le talfiq qui consiste à prendre deux avis en contradiction sur une même adoration :
– l’empêchement
– la permission, et ce dernier est l’avis des maghrébins qui est jugé prépondérant

Dans matalib ouli-nnoha de Albahouti, le savant hanbalite رحمه الله : Je suis d’avis qu’il est permis d’accomplir le talfiq pour le suiveur tant que cela n’est pas effectué pour prendre ce qui l’arrange car cela serait une perversion, mais plutôt lorsque cela se produit naturellement et particulièrement venant des gens de la masse qui n’ont pas d’autres possibilités que cela…

Ibn lqayim رحمه الله dit dans îlam almowaqîin : Il n’a jamais été une obligation pour qui que ce soit de se conformer à l’école d’un homme de la communauté, de sorte à ce qu’il doive suivre tous ses avis et délaisser les avis des autres. Cela est en vérité une ignoble innovation qui a touché la communauté et personne n’a dit de pratiquer cela parmi les grands érudits de l’Islam. Ils sont en vérité plus hauts en rang et plus nobles dans leur position que d’imposer cela aux gens.
Encore pire que cela est la parole de celui qui dit qu’il doit se conformer à l’avis d’un, parmi les savants de la communauté ou encore pire est de dire qu’il faut se conformer en tous points à une école parmi les quatre écoles.
Comme cela est surprenant. Toutes les autres écoles des Compagnons du Prophète ﷺ et de leurs suivants et les suivants de leurs suivants et ainsi de l’ensemble de la communauté seraient ainsi mortes et devenues caduques sauf les écoles de seulement quatre personnes parmi tous les érudits et juristes !!
Est-ce que quelqu’un parmi les grands savants a dit cela, ou appelé à cela, ou même une de leurs paroles a indiqué cela clairement !?

Ibn Taymia رحمه الله dit dans alfatawas : Si l’un des deux avis paraît plus fort au demandeur, soit par la force de l’argument ou parce que celui qui l’a dit est plus savant et pieux alors il est permis de le suivre et même si cet avis sort de son école habituelle…

Dans bolghato-ssalik (référence malikite) : L’avis correct est que le talfiq (prendre les avis d’écoles de jurisprudence différentes) est permis et c’est une facilité, mais il ne convient pas de faire cela pour le mariage car la prudence est demandée pour préserver les intimités…

Dans alfawakih addawani (référence malikite) : Alqarafi dit : Il est permis de suivre les différentes écoles et de se déplacer d’une à l’autre dans tout ce qui n’annule pas la décision du juge, et non dans ce qui l’annule comme le consensus (…) C’est pourquoi il est permis de suivre l’avis de Malik concernant les rejets des animaux et de délaisser les paroles citées lors d’un contrat…

Dans tahdhib alfourouq (référence malikite) : Si il est suiveur il lui sera permis de consommer de la bête de sacrifice lors du hajj conformément au fait qu’il est permis de se baser sur plusieurs avis de deux écoles différentes dans une même adoration. Cela car c’est une facilité dans la religion et la religion d’Allah est facilité comme l’a énoncé notre cheikh Al’adawi dans le commentaire de Khirachi…

Pour finir, il est clair qu’il est préférable pour l’étudiant en science qui est débutant de commencer par apprendre une école dans un premier temps sans regarder les autres avis car cela risque de l’embrouiller et l’empêcher de retenir les informations importantes. Mais au fur et à mesure de son évolution, il est bien qu’il enrichisse ses connaissances en se penchant sur les argumentations et les causes de divergence afin d’améliorer sa compréhension et d’adorer Allah au mieux de sa capacité tout en restant dans le suivi des savants mojtahidins…

و الله أعلم

Fermer menu